Diplomatique : Accueil royal et méga-contrats pour Trump en Arabie saoudite

Le premier voyage de Donald Trump à l’étranger a débuté samedi par un accueil royal en Arabie Saoudite et l’annonce de méga-contrats excédant 380 milliards de dollars, dont 110 pour des ventes d’armements à Ryad visant en particulier à contrer les « menaces iraniennes ».

La réception en grande pompe du président américain contraste avec la pression qui s’accumule sur lui à Washington après une semaine de révélations accablantes sur les liens entre sa garde rapprochée et la Russie.

Outre les rencontres bilatérales, dont celle avec le roi Salmane, M. Trump a axé la première de ses deux journées à Ryad aux investissements avec l’annonce d’une série de contrats gigantesques.

« C’était une journée formidable », a lancé le président républicain. « Des centaines de milliards de dollars d’investissements aux Etats-Unis et des emplois, des emplois, des emplois ».

L’agence officielle saoudienne SPA a fait état de 34 accords dans des domaines aussi divers que la défense, le pétrole et le transport aérien.

« La valeur des investissements dépasse les 380 milliards de dollars », a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue américain Rex Tillerson.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a pour sa part évoqué des contrats militaires d’une valeur de près de 110 milliards de dollars, qu’il a présentés comme « l’accord d’armements le plus important de l’histoire des Etats-Unis ».

Ils ont pour but de « soutenir la sécurité à long terme de l’Arabie saoudite et de l’ensemble de la région du Golfe face à la mauvaise influence iranienne et aux menaces liées à l’Iran qui existent aux frontières de l’Arabie saoudite », a dit M. Tillerson.

L’Arabie saoudite pourrait en définitive être l’étape la plus aisée du voyage de M. Trump qui peine à prendre ses marques.

Son périple le mènera en Israël, dans les Territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile pour les sommets de l’Otan et du G7 où les alliés européens de Washington seront en quête d’engagements clairs.

(LeRelais avec AFP)

Leave a Response