Famine en Afrique, malgré le potentiel agricole !

On se croirait revenus 30 ans en arrière, à l’époque des grands concerts de charité destinés à alerter l’opinion internationale sur les situations de famine en Ethiopie ou au Biafra.

Malgré des années de croissance économique, l’émergence d’une classe moyenne et d’importants progrès en terme de gouvernance, 28 pays d’Afrique subsaharienne ont aujourd’hui besoin d’aide alimentaire, selon la FAO. Dans plusieurs zones de conflits, la situation devient catastrophique: « Nous sommes face à une situation sans précédent. Nous n’avions jamais été confrontés à quatre menaces de famine dans plusieurs pays en même temps », a déclaré un cadre de l’organisation.

Au Soudan du Sud, dans le Nord du Nigeria et en Somalie (ainsi qu’au Yemen) les déplacements de populations, consécutifs aux conflits armés et aux exactions de groupes terroristes, se sont ajoutés aux effets de la sécheresse qui a compromis les récoltes de 2016.

Cette conjonction de malheurs a produit, principalement dans ces pays, une situation d’une urgence et d’une ampleur exceptionnelles. « Il s’agit d’agir vite en apportant une aide agricole mais également en renforçant les moyens d’existence afin de s’assurer que de telles situations ne se répètent pas », assure la FAO.

Pourtant, il y a quelques jours, la même FAO soulignait l’énorme potentiel agricole du continent africain qui hébergerait 60% des terres non cultivées dans le monde : « Au niveau mondial, la demande de produits agricoles est censée doubler lorsque la population mondiale atteindra 9,1 milliards en 2050. L’Afrique est ainsi en passe de devenir un continent stratégique pour l’industrie agro-alimentaire mondiale, avec près de 60% des terres non cultivées au monde », déclarait à Dakar, Reda Lebtahi, représentant de la FAO au Sénégal.

(LeRelais avec Ecofin)

Leave a Response