Greenpeace déploie une banderole anti-FN à la tour Eiffel

PARIS (Reuters) – A deux jours du second tour de l’élection présidentielle française, plusieurs membres de l’organisation écologiste Greenpeace ont déployé vendredi matin une banderole sur la tour Eiffel appelant à la résistance contre l’extrême droite.

La préfecture de police, qui fait état dans un communiqué d’une action menée par une dizaine de personnes, a annoncé que trois interpellations, suivies de gardes à vue, avaient été effectuées par les forces de l’ordre et que l’intervention était en cours pour « extraire les autres militants ».

« Quelles que soient les motivations de cette action médiatique, elle révèle d’évidence, dans le contexte actuel, des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité de la Tour Eiffel », poursuit le texte.

Le préfet a convoqué pour vendredi matin une réunion avec la Ville de Paris et la Société d’exploitation de la tour Eiffel « afin d’analyser les faits, d’en tirer les enseignements, et d’adapter en conséquence les instructions qui s’imposent au regard des responsabilités de chacun ».

Greenpeace est au nombre des 61 ONG et associations qui appellent à faire barrage au Front national dans une tribune publiée le 30 avril dans Le Journal du Dimanche.

Sur la banderole jaune déployée sous l’une des arches de la tour, on peut lire en lettres noires : « Liberté, Egalité, Fraternité, #Resist Greenpeace ».

Dans la tribune du JDD, les signataires soulignent vouloir « défendre les valeurs qui nous animent ».

« Ces valeurs sont celles de notre devise nationale : la liberté – de critiquer, de manifester, de penser autrement, de proposer des alternatives - ; l’égalité – bien réelle entre toutes et tous, face à l’emploi, aux aides sociales, à l’accès aux soins et au socle de droits - ; et la fraternité – c’est-à-dire la générosité et l’humanité envers tous comme le respect de notre environnement partagé », écrivent-ils.

Le second tour de l’élection présidentielle oppose dimanche Emmanuel Macron, candidat d’En Marche!, à la candidate du Front national, Marine Le Pen.

(Reuters)

Leave a Response