Turquie et Pays-Bas : Escalade dans la crise

Pinterest

L’escalade continue dans la crise entre La Haye et Ankara: le président Erdogan promet aux Pays-Bas de leur faire « payer le prix » de leur refus de la venue de ministres turcs à des meetings, et La Haye réplique avec fermeté.

Lors de deux allocutions au vitriol, Recep Tayyip Erdogan a dénoncé dimanche un comportement rappelant selon lui « le nazisme et le fascisme ».

Il réagissait à l’expulsion la veille par les Pays-Bas de la ministre turque de la Famille Fatma Betül Sayan Kaya et à leur refus d’autoriser une visite du chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu.

Alors que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait d’abord souhaité « une désescalade », M. Erdogan lui a opposé une fin de non-recevoir.

« Vous n’avez pas encore payé le prix pour parler d’une réparation de vos relations avec la Turquie », a tonné M. Erdogan devant des milliers de partisans à Kocaeli, dans le nord-ouest du pays.

« Vous devez encore rendre des comptes pour votre effronterie », a-t-il lancé, qualifiant les Pays-Bas de « république bananière ».

Erdogan a critiqué la force selon lui excessive employée par les policiers pour disperser un millier de manifestants mobilisés dans la nuit de samedi à dimanche près du consulat de Rotterdam pour défendre la venue des ministres turcs.

« Si vous lâchez des chevaux, des chiens sur mes concitoyens, alors vous devez rendre des comptes », a prévenu M. Erdogan, faisant référence aux brigades canines utilisées par la police néerlandaise, en plus des canons à eau et des policiers à cheval.

(LeRelais avec AFP)

Tags:

Leave a Response